Parents

Les pensées d’une maman…

Quand vous êtes nés ça été un moment de bonheur !

Malgré l’arrivé soudain et une césarienne, j’ai pu profité pleinement de cette accouchement et entendre votre premier cri. C’est vrais je n’ai pu que vous apercevoir car vous deviez allé en couveuse.

Ça va durée 2 mois et demis pour que vous puissiez sortir de clinique, mais chaque instant avec vous étaient magiques. Nos premier chants et faire vos soins était nos moments de retrouvaille et nos gâtés rien qu’a nous… L.C

La fécondation

Lorsque le spermatozoïde de l’homme rejoint l’ovule de la femme lors du rapport sexuel, alors on dis que notre ami spermatozoïde peut fécondé l’ovule, il entre dans l’ovule et perd sa queue , il vont alors rentrer en fusion l’ovule va se diviser plusieurs fois et devenir embryons, petit être qui va se développer semaine après semaine dans le ventre de maman et devenir foetus puis à l’accouchement, un nouveau né, un bébé…

Les jumeaux

Là, c’est soit deux ovules et deux spermatozoïdes qui se fécondent séparément ou soit deux spermatozoïdes qui fécondent un ovule !

Hou ! Hou !  Il y de l’amour dans l’air… 

Du coté de la science ils viennent ensemble, une magie de la vie ! Et puis dans les mythes une magie en pleins d’histoires… Voici la mienne…

Les jumeaux s’entende, après la fécondation et la construction du cerveau, je préférerai esprit.

Il grandissent ensemble dans ventre de la maman et construisent leur lien, on s’étonne des fois de les ressentir dire bonjour à l’autre et l’autre de lui répondre. Ils s’entendent dans le corps de leur maman laisse l’autre grandir.

L’ histoire de domination de l’autre est la simple logique que l’homme peut être dominé par l’autre, c’est selon le caractère.

Alors le liens ? Bien c’est l’éducation et l’amour qui fait comme pour chacun de nous mais on peu dire que dés la fécondation il vivent en fusion que ce sois de vrais ou faux jumeaux. LC


 

Le baby blues !

Le baby-blues est une petite dépression que la maman va vivre après l’accouchement…

Cela peut être du au changement hormonale ou tout simplement du à un accouchement difficile (prématurée, mauvaises conditions de vie, état déjà dépressif ,… )

Si le baby bleus dur plusieurs mois, alors on parle de dépression d’après accouchement, et la il est bon de voir un spécialiste car l’enfant ressent les symptômes, tel que les coups de blues, l’hyperémotivité, la fatigue de la maman et surtout pour sois car on a envie de vivre pleinement de l’arrivé de bébé.

On parle souvent du baby blues chez la maman, mais il existe aussi chez les papa, oui le père aussi peu avoir des symptômes de dépression après l’accouchement, il est bon de l’écouter et de veiller à ce qu’il se sente bien dans le rôle du nouveau papa.

Avec le baby blues, prenez du temps pour vous, discuté de vos difficultés, même avec un spécialiste, surtout ne culpabilisé pas, car ses souvent se qu’on fait devant nos difficultés.

Vous n’êtes pas mauvais parent, mais juste fragilisé par vos raisons dans votre rôle de parent !

Alors prenez le temps de voir ce qui ne vas pas en vous et surtout discuter, lisez des documentations sur ce que vous vivez, demandé de l’aide pour gérer les choses et ne vous tracassé pas pour votre enfant il sais que vous l’aimé et vie avec vous déjà depuis la grossesse…

Consulté aussi le site sexologue-psychologue.be


L’enfant est

Aime moi, l’enfant est un trésor qui demande que de l’amour et qui nous le rend.

Il a besoin d’un équilibre juste et de mots gentil à son image pour son bon développement.

Il grandit très vite et c’est en le suivant dans ses rêves, ses choix, ses besoins qu’on lui donnera la meilleur éducation. Le guider, nous parents sans chercher à avoir la meilleur réponse, mais la vrais qui sera juste, celle du cœur.

L’enfant prend de nous, gare à notre attitude qu’il pourrais, parce qu’il nous aime répéter en grandissant, il ne faut pas avoir peur de lui parler de nous, de nos bonnes ou mauvaises expériences, il se construit grâce à nous et inconsciemment prend tout ce qu’on lui donne.

Ëtre parent c’est donc être vrai, juste et comme il faut dans l’attitude…

L’enfant est libre, il pose ses questions pour se forger son caractère, il faut lui répondre comme on n’est , chercher avec lui , rien ne sert à s’inventer une vie ou de lui mentir, si on sais pas lui répondre ou si la réponse ne nous viens pas, ne pas hésiter de demander de l’aide autours de soi, aux médecins, se documenter dans les revues parents-enfants ou site internet comme proposer sur space zen (Baby.be et Bébé.be).

L’enfant et un n’être comme nous, il grandira jusqu’à la fin de sa vie comme nous même, on est tous pris à la même épreuves, chacun, dans l’apprentissage de la vie à travers de celles des autres et « l’horizon » qui nous entour, les différentes cultures, les fait divers qui nous apprennent chaque jours ce qu’est a vie et une autre vie dans la souffrance et la joie.

L’enfant qu’on à conçu par amour aussi, rien ne le protégera de la vie extérieur à la notre, le confronter a l’avis des autres l’aidera,un jour, à appeler l’autre pour se sortir d’une situation ou comprendre une situation le jour ou on ne pourra être la pour lui.

Petit être, petit adulde qui grandit, un homme ou une femme qui deviendra…

Bien vite l’enfant veux prendre son autonomie, déjà à 3 ans il dit non à ce qu’on lui propose pour s’affirmer, il faut le laisser faire, lui laisser c’est choix car c’est tout seul qui les fera un jour.

Le guider, c’est notre rôle de parent, rien, ne pourra le forcer à nous suivre notre éducation surtout à l’adolescence où la aussi il refuse l’autorité et dis non, parce qu’il se sent être et vis le faite d’être un individu. Dur de lui dire oui et difficile de lui faire entendre le non !

Bien visualiser les capacités de votre enfant, pour le laisser en autonomie importante à son développement psychique jusqu’à l’adulte et lorsque il sera adulte.


LE DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR,

DU LANGAGE ET SON EVOLUTION…

Au début de sa vie l’enfant à comme on dis des réflexes de motricité, il va ensuite les perdre et faire son apprentissage à son rythme pour apprendre à ramper, se mettre à 4 pattes, s’asseoir, se lever, marcher…

L’enfant valide va apprendre bien vite apprendre à jouer, on dois le stimuler et lui montrer le jeux pour qu’il puisse le répéter. Lui apprendre la musique et la danse lui permettra à acquérir de la souplesse et le langage et cela en lui parlant aussi tout simplement. Il est bon de lui donner des habitudes, un rythme de vie, pour qu’il apprenne à vivre avec des règles et comprendre que tel chose, comme le jeux se fait à certaine heure de la journée,

L’enfant, une fois qu’il a acquis la marche est bien à suivre dans c’est mouvement, il veut découvrir le monde, et peut se blesser. Il regarde tout, va vers les autres, montre se qu’il aime, on dois si intéresser cela lui permettra de vouloir explorer encore plus le monde et d’acquérir l’envie de connaître encore plus, mais toujours avec surveillance.

Même si il ne parle pas encore, il s’exprime, on peux s’amuser à comprendre se qu’il dit et lui il veux nous faire comprendre, comme les pleurs les mots inventé de nos enfants ont une signification.

Puis l’enfant grandit et parle, joue ,bouge comme nous, il va répéter ce qu’il voit et si intéresser, mais aussi faire de lui même et peu à peu nous dire ce qu’il a dans le cœur, discuter avec nous et surtout nous poser des questions, au quel il faut répondre.

Il va vouloir prendre son autonomie et nous demander tel ou tel chose qu’il aime. Lui faire choisir ses jeux, son matériel d’école lui permettra de créer son univers et de nous le partager…

Bien lui apprendre qu’il y a des limites et des règles quand il choisi les choses, la valeur, le prix, si l’objet est dangereux ou pas, etc… A vous de voir vos propre limite aussi et de lui expliquer !

Puis viens les copains, peuvent t ‘ils venir à la maison ou moi y aller ? C’est dur mais le non peut le frustrer, le couper du monde. Comme nous il à besoin d’avoir des amis et de vivre des choses avec eux et de partager leur différences pour leur apprentissage de l’inconnu… Le non radicale n’est peu t’être pas le meilleur, bien entendu il peu se faire comprendre, toujours donner ses raison à un enfant, on est une personne aussi devant son enfant qui à le droit à son intimité et choix de vie.